En 2013, l’Impôt sur le revenu se met à l’ère du numérique !

Déclaration de revenus en ligneLa voici, la voilà, votre nouvelle déclaration d’impôt a fait son apparition dans vos boites aux lettres dès le week-end dernier !

Et avec elle, quelques nouveautés viennent agrémenter ce millésime 2013 puisque la télé-déclaration peut depuis le 19 avril s’opérer aussi bien d’un ordinateur, d’un smartphone que d’une tablette.

Pour y accéder, rien de plus simple, l’administration fiscale ne demande plus qu’un numéro fiscal ainsi qu’un mot de passe, contrairement aux autres années où il vous fallait un numéro fiscal, un numéro de télé-déclarant et votre revenu fiscal de référence …

Une fois en ligne, vous pouvez :

  • Demander à ne plus recevoir en version papier votre déclaration d’impôt sur le revenu ainsi que celle concernant la taxe d’habitation de la résidence principale
  • Revoir les informations relatives à votre situation familiale si elle a changé
  • Décider de vous abonner à la mensualisation, si c’est déjà le cas vous pouvez aussi réviser le montant de vos mensualités
  • Renvoyer votre déclaration pré-remplie et/ou régler directement votre impôt grâce à une nouvelle application pour Android et Iphone téléchargeable gratuitement sur  le site impots.gouv

N’ayez crainte après toutes modifications enregistrées, un encadré récapitulatif s’affiche aussitôt vous informant de la bonne prise en compte de celles-ci.

Vous remarquerez aussi d’autres changements pour cette année comme la désignation « Vous et votre conjoint » transformée en « Déclarant 1 et Déclarant 2 », avec la possibilité pour les femmes mariées d’y annoter leur nom d’usage ou de jeune fille au choix.

Quant aux divers justificatifs que vous avez à fournir habituellement, ne les envoyez plus à votre centre des impôts, par contre conservez-les bien en cas de contrôle futur. Alors même si déclarer ses impôts est devenu une « simple formalité », penser tout de même à respecter le calendrier fiscal où il vous en coûtera plus que prévu !

Et si vraiment votre déclaration est trop compliquée, Peterson.fr a pensé à vous : optez pour le kit fiscal qui peut être intégralement déductible de vos revenus fonciers !

Le LMNP : l’investissement locatif fait pour vous !

Le LMNP : l'investissement locatif fait pour vous !Lorsque vous envisagez d’investir dans l’immobilier, l’idée en elle-même vous paraît bonne puisque la pierre est une valeur fiable de nos jours.

Après réflexion, de gros nuages obscurcissent votre doux songe d’investissement locatif dès que vous pensez au prix, aux contraintes locatives et démarches administratives, aux lois de finances qui rabotent annuellement le plafond des niches fiscales ! Et si vous avez le malheur d’en parler à votre voisin qui s’est fait avoir par ce que l’on nomme dans notre métier un « marchand de défisc », alors là, envolé le beau projet immobilier !

Et pourtant, il s’agit d’une bonne idée, d’une très très bonne idée même ! Et lorsque vous y réfléchissez, vous attendez de cet investissement locatif qu’il réponde à toutes vos attentes  :

  • un prix accessible
  • le respect des normes en vigueur
  • l’absence de contrainte de gestion locative
  • la possibilité d’en disposer pendant les vacances
  • l‘absence de fiscalité supplémentaire, voire même le bénéfice d’une réduction d’impôt
  • la création de revenus complémentaires pour la retraite
  • la constitution d’un patrimoine transmissible à vos enfants

Vous vous dites sûrement qu’avec tous ces critères, un tel investissement immobilier n’existe pas … FAUX !

Tous vos souhaits peuvent être exaucés avec l’investissement locatif en LMNP. Pour cela, vous achetez un logement meublé dans une résidence de tourisme classée, dans une résidence senior, dans une résidence étudiante ou dans un EHPAD.

  • Les premiers prix peuvent démarrer à moins de 100 000 € !
  • Les logements répondent à des normes strictes puisqu’ils font partie de résidences de services faisant l’objet d’agréments préfectoraux et régies par des textes de lois.
  • Pour la mise en location des logements, c’est l’exploitant de la résidence qui se charge de trouver un locataire et qui s’occupe de toute la gestion. Vous n’avez aucune obligation à supporter, à part peut-être celle de percevoir vos loyers !
  • Si vous investissez dans un appartement faisant partie d’une résidence de tourisme classée, vous pouvez convenir avec le gestionnaire de semaines de vacances durant lesquelles vous profiterez de votre logement.
  • Au niveau fiscal, en optant pour le dispositif Scellier Bouvard, vous pouvez bénéficier en plus de 11% de réduction d’impôt.
  • Avec le statut de Loueur Meublé Non Professionnel (LMNP), vous pouvez déduire de vos revenus locatifs les intérêts d’emprunt, les charges locatives et les amortissements des murs et des meubles du bien lors de votre déclaration d’impôt. Ah oui, n’oublions pas aussi la TVA que vous pouvez récupérer

Bref, l’investissement locatif en LMNP n’est pas un fantasme, mais une réponse réelle adaptée à votre projet d’investissement. Et pour profiter sereinement de cet instrument patrimonial optimal, n’hésitez pas à consulter votre conseiller en investissements immobiliers qui vous guidera tout au long de votre acquisition.

L’immobilier locatif pour sauver votre retraite

L'immobilier locatif pour sauver votre retraiteLes premières réflexions du COR (Conseil d’Orientation des retraites) viennent de tomber, et déjà il est acquis que l’allongement de la durée de cotisation n’arrivera pas à résorber le déficit des régimes des retraites.

En effet, le calcul savant instauré par la loi Fillon 2003 incluant durée de cotisation, espérance de vie à 60 ans et durée de retraite fait, depuis 10 ans maintenant, reculer les années de cotisation au pro rata. Si cette  solution « longtermiste » était maintenue par le gouvernement, il faudrait attendre 2060 pour retrouver un équilibre du système des retraites avec une durée de cotisation équivalente à 45 ans pour les contribuables nés en 2000 !

Or il y a véritablement péril en la demeure !
Et les tous premiers accords à peine signés avec les partenaires sociaux en mars dernier ne sont pas reluisants, surtout pour les pensionnés de l’Agirc et de l’Arrco. L’adoption de la désindexation de ces pensions complémentaires signifie une revalorisation inférieure à l’inflation dès 2013. Il est prévu aussi que cette désindexation soit inférieure d’au moins un point en 2014 et 2015. Autant vous dire que le pouvoir d’achat de ces pensionnés du secteur privé, cadres comme employés, va en pâtir ! Puis, il y a la CSG (6.6 %) et la nouvelle taxe CASA (0.3 %) en vigueur dès ce 1er avril 2013 qui va impacter de surcroît cette même catégorie de retraités !

Entre banqueroute à venir des régimes de retraite, baisse du pouvoir d’achat et taxations, quelles sont aujourd’hui vos alternatives pour la retraite ? Il est indéniable qu’entre une pension diminuée, l’impact de la crise économique actuelle qui, de ce fait, diminue le nombre d’actifs cotisant, les solutions classiques d’épargne dédiées à la retraite seront, elles aussi, insuffisantes.

Vous aurez véritablement besoin d’un  complément de revenus.

A l’heure actuelle et vu le contexte, tous les professionnels du patrimoine sont unanimes : l’immobilier locatif est une réponse fiable et durable et son atout majeur est qu’il s’ajuste véritablement à votre situation personnelle et patrimoniale.

Découvrez en vidéo, ci-dessous, votre solution immobilière pour sauver votre retraite !

L’investissement Censi-Bouvard prolongé et simplifié !

L’investissement Censi-Bouvard prolongé et simplifié !Bonne nouvelle !

Pour tous ceux qui ont réalisé un investissement éligible au dispositif Censi-Bouvard puisque l’administration fiscale a annoncé début mars la mise à disposition d’un formulaire spécialement dédié à la déclaration de l’engagement de location !

Cette formalité était auparavant très fastidieuse puisqu’il fallait annexer plusieurs pièces justificatives et informations relatives à l’état civil du propriétaire-bailleur, le type de la résidence et la mise en location. Elle n’en demeure pas moins obligatoire si l’on veut bénéficier de la réduction d’impôt.

Désormais, il faudra juste compléter et joindre à votre déclaration d’impôt 2013 pour les revenus de l’année 2012, ce tout nouveau formulaire n°2042.

Rappelons que l’investissement locatif en loi Censi-Bouvard permet à tout contribuable domicilié en France d’investir dans un logement meublé d’une résidence avec services, c’est-à-dire EHPAD, résidence senior, résidence étudiante ou résidences de tourisme.

Le montant de l’investissement est plafonné à 300 000 € par an, et, en vous engageant à louer votre bien pendant 9 ans, vous bénéficiez de 11 % de réduction d’impôt.

Plus avantageux encore, vous n’avez aucune contrainte de gestion locative, c’est l’exploitant de la résidence qui s’en charge, et  vous avez la possibilité de récupérer la TVA.

N’oublions pas non plus la tactique plus qu’astucieuse qui consiste à coupler l’investissement locatif en Censi-Bouvard avec un investissement locatif en LMNP, afin de profiter du régime des amortissements qui vous permettront de neutraliser les revenus locatifs et ainsi d’éviter totalement ou partiellement l’impôt !

Dernièrement prolongé dans le cadre du vote de la loi de Finances pour 2013, vous avez donc jusqu’au 31 décembre 2016 pour souscrire à cet investissement locatif étonnant et performant.

Les bienfaits de l’immobilier pour vos enfants

Les bienfaits de l'immobilier pour vos enfantsVous connaissez la question existentielle de tout parent : comment aider et protéger ses enfants ?

Et quand arrive ce moment fatidique où vos chers petits quittent le foyer familial, votre inquiétude ne s’évanouit pas, bien au contraire !

Comme le dit le proverbe « Enfants petits, petits soucis ; enfants grandis, grands soucis. »

C’est pourquoi de plus en plus de projets immobiliers ne concernent pas directement les parents, mais bien leurs enfants car l’immobilier est un moyen pratique d’investir tout en aidant ses enfants à devenir indépendants. Voici quelques situations qui explicitent ces choix :

L’immobilier pour loger les étudiants

Dans bien des cas, la question du logement pour les étudiants est problématique.
Voilà pourquoi investir dans un petit appartement de type studio ou même T2 pour y loger votre studieux chérubin peut être une solution 2 en 1 combinant placement et hébergement.
Sachez toutefois que si vous réalisez votre investissement immobilier dans le cadre du dispositif Duflot, vous ne pourrez y loger aucun membre de votre famille directe.
Mais rien ne vous empêche d’investir tout de même dans ce dispositif afin de vous servir des revenus locatifs pour financer le loyer du futur logement de votre enfant. En plus des loyers que vous percevrez, le gain récolté par la réduction d’impôts vous permettra aussi de mieux accompagner financièrement votre étudiant.

Si vous avez réalisé un investissement dans le cadre de la Loi Scellier l’année dernière, vous pourrez le louer à votre enfant, à condition qu’il soit détaché de votre foyer fiscal et qu’il ne s’agisse pas de Scellier Intermédiaire.

Une autre option consisterait à investir dans une résidence étudiante, dans le cadre du régime du loueur en meublé non professionnel (LMNP). Le revenu locatif de ce bien pouvant être largement défiscalisé, il permettrait, un temps, de compenser le loyer à payer pour loger son enfant étudiant.

L’immobilier pour  financer les études

Si les études de votre enfant s’annoncent longues et coûteuses, l’investissement locatif, par les revenus qu’il génère, peut devenir une source de financement très intéressante.

Plus vous vous y prenez en avance et mieux c’est, nul besoin d’attendre que votre enfant rentre en étude supérieure ! L’objectif est de réaliser un investissement locatif de préférence défiscalisant. Ainsi, les 10 ou 15 premières années, vos loyers vous aident à rembourser votre crédit. De même vous profitez d’une réduction d’impôt de l’ordre de 18 % par exemple pour le Duflot. Et lorsque votre crédit sera soldé, vos loyers intégraux ainsi que le capital gagné en réduction d’impôts pourront aider financièrement votre enfant dans ses études.

D’autres solutions immobilières existent, comme par exemple, la donation temporaire d’usufruit selon laquelle vous donnez temporairement les loyers de votre bien locatif à vos enfants à condition là aussi qu’ils soient détachés de votre foyer fiscal.

La primo-accession de votre enfant

Vous êtes fiers de votre fiston car il vient de décrocher son premier emploi en CDI.
Le voilà qui démarre sa vie active avec les projets qui vont avec, comme l’acquisition de sa première résidence principale. Bien sûr les aides pour accéder à la propriété (PTZ+, programmes immobiliers neufs éligibles à l’accession abordable,…) existent, mais  ne sont parfois pas suffisantes. Et comme le profil financier de votre primo-accédant préféré n’est pas optimal, vous décidez donc de participer à l’achat. Vous pouvez aussi lui céder vos droits à prêts acquis, depuis une certaine durée, avec votre PEL et à la condition qu’il en possède un lui aussi.

Bien sûr, il existe d’autres types d’investissements immobiliers comme le démembrement qui vous permet d’acheter dans un premier temps uniquement la nue propriété d’un bien immobilier, soit environ 60 % de sa valeur et cela sans aucune contrainte de gestion locative. Au terme de la cession temporaire de l’usufruit, vous récupérez la pleine propriété d’un bien entretenu et valorisé. Libre à vous de le vendre ou de le louer par la suite et d’utiliser le capital ou les loyers pour pourvoir financièrement aux besoins de vos enfants.

L’investissement dans une résidence avec services via le statut en LMNP, comme cité précédemment, est aussi une formule tout à fait indiquée pour vous créer des revenus complémentaires très utiles si vous désirez aider vos enfants à s’installer.

Vous l’avez compris, l’immobilier est déclinable à merci selon vos projets, votre sensibilité et vos critères. Il possède des vertus capitalisantes très performantes si l’on s’y prend suffisamment tôt.

L’immobilier est un véritable instrument patrimonial pour votre famille.