Peterson.fr crée son pôle Patrimoine

Monsieur de La Brosse, vous avez récemment officialisé la création du Pôle Peterson.fr créé son nouveau pôle patrimoinePatrimoine au sein du Cabinet Peterson. Pouvez-vous nous en expliquer les raisons ?
L’immobilier demeure la valeur sûre d’un placement patrimonial et cette règle est immuable. De très nombreux clients nous ont fait confiance depuis 15 ans et nous devons leur apporter des réponses à des besoins toujours croissants.

Quels sont ces besoins ?
La complexité des lois, les très nombreux paramètres à intégrer, les idées préconçues, la variation des attentes selon l’âge, sont autant de facteurs d’analyse et d’arbitrage. Les motivations d’investissement d’hier, ne sont plus celles d’aujourd’hui et les modifications du foyer fiscal font évoluer les besoins réels : anticipation des revenus pour la retraite, capacité d’épargne évoluant avec la disparition des charges familiales, la protection des siens, la prévoyance professionnelle et personnelle, la fiscalité, protection sociale, l’audit retraite…

Que souhaitez-vous faire avec ce Pôle Patrimoine ?
Tout d’abord le Pôle Patrimoine est constitué de collaborateurs expérimentés et certifiés (statut CIF) afin de répondre à la nécessité de réaliser avec nos clients, une démarche globale et un accompagnement patrimonial complet. C’est aussi aider les clients dans leur démarche d’épargne « obligatoire ».

Quels sont vos domaines d’intervention ?
Le Pôle Immobilier a, depuis 15 ans, prouvé sa compétence et son sérieux. Dans le même esprit, le Pôle Patrimoine va permettre à nos clients existants et à nos futurs clients de profiter de notre expertise pour étendre leur environnement patrimonial avec des solutions financières, fiscales et de la protection sociale.

Qui sont vos clients ?
Notre clientèle est composée essentiellement de particuliers salariés ou de professions libérales.
Des artisans, commerçants chefs d’entreprises sont aussi dans notre portefeuille clients, ainsi que des retraités. Cette clientèle est issue de notre communication depuis 15 ans sur Internet : www.peterson.fr, mais aussi issue de nombreuses relations avec des réseaux professionnels comme les experts-comptables, les notaires, les assureurs ou les réseaux personnels.

Vous avez parlé d’épargne obligatoire. Qu’entendez-vous par épargne «obligatoire» ?
Les Français sont très attachés à leur régime de retraite. Mais les prévisions de revenus ne sont plus aussi favorables. Il est donc nécessaire, pour qui veut conserver son train de vie, d’épargner avant sa retraite. Tout revenu non épargné est consommé. Il faut donc, avant qu’il ne soit trop tard, engager des investissements qui procureront le revenu complémentaire et nécessaire à la retraite. Et pour cela, s’obliger à épargner.

Comment faire alors ?
La loi de Finances 2011, favorise nettement l’investissement immobilier avec la loi Scellier.
L’avantage est de bénéficier d’une réduction d’impôt sur 9 ans de 22% (en BBC) du montant de son investissement. Il est ainsi possible de faire financer l’opération à la fois, par l’Etat sous forme de réduction d’impôt et par le locataire, sous forme de loyer. Pour un investissement de 182.000 €, l’économie d’impôt sera de 40.000 € en 9 ans, à laquelle s’ajoute des loyers évalués à 7.200 €/an. L’épargne obligatoire dans ce cas sera d’environ 480 €/mois sur 15 ans pour un revenu complémentaire à terme ou un capital disponible.

Y a-t-il d’autres avantages dans cette loi de Finances ?
Oui, le dispositif Censi-Bouvard, pour le meublé est aussi très avantageux. Il permet une réduction d’impôt de 18% du montant de l’investissement sur 9 ans. Autre atout, il peut se cumuler avec du meublé classique grâce à la déductibilité des amortissements sur le revenu BIC. Les 2 opérations combinées offrent un réel avantage fiscal à court terme, mais aussi à long terme (ARD : amortissement réputé différé). Si l’investisseur souhaite privilégier la garantie de loyers, l’absence de charges et de contraintes locatives, il choisira de préférence le meublé. Mais il devra être particulièrement bien conseillé sur la solidité du gestionnaire. C’est le point capital.

Dans une problématique retraite, y a-t-il d’autres solutions d’investissement en immobilier ?
Bien entendu, l’immobilier restant une valeur sûre, il faut avant tout le privilégier. Si cependant, l’investissement est trop lourd, la solution d’investissement en SCPI peut permettre de limiter l’investissement tout en privilégiant le rendement. Là encore, faut-il bien choisir son support. La solution en démembrement de propriété peut aussi répondre à cet objectif et apporter des avantages sur la fiscalité foncière par exemple.

Vous qui avez une approche patrimoniale, proposez-vous d’autres solutions d’épargne « obligatoire » ?
Effectivement, les supports boursiers ou financiers, ainsi que tout ce qui a trait à la protection sociale sont des moyens d’épargne « obligatoire ». Il faut en avoir pour diversifier son patrimoine et permettre des arbitrages dans le temps.

Tout cela n’est-il pas un peu complexe pour un néophyte ?
Certainement, c’est pourquoi, au Cabinet Peterson, nous proposons des services d’aide à la décision, comme l’audit retraite, l’étude patrimoniale, l’aide à la déclaration d’impôt, l’étude fiscale… et d’une manière générale, l’accompagnement
complet d’investissement et d’arbitrage.

Laissez un commentaire