Acheter pour louer : devenir un expert de l’investissement locatif

Bien choisir entre l’investissement locatif classique et l’investissement locatif en meublé

La location meublée offre une souplesse et un rendement intéressant tandis que la location classique permet une plus grande stabilité. La location meublée bénéficie d’une fiscalité favorable. Comment bien choisir ?

L’investissement locatif classique

Dans le cadre d’un investissement locatif classique, il vous faudra signer un bail de trois ans. Ce dernier est renouvelable par période triennale. Il y a un dépôt de garantie équivalent à un mois de loyer hors charge. Le locataire doit respecter un préavis de trois mois avant de quitter le logement. Mais celui-ci peux être écourté à un mois en cas de mutation professionnelle ou de perte d’emploi.

Au niveau de l’imposition, vous vous situez dans la catégorie des revenus fonciers. Pour des revenus locatifs inférieurs à 15 000 € par an, c’est le régime dit du micro foncier. Au-delà, on parle de régime réel. Dans ce cadre, l’impôt est calculé sur la base de votre tranche marginale d’imposition (THI).

Si vous faites des travaux, vous pouvez subir un déficit foncier qui s’imputera sur vos revenus globaux à hauteur de 10 700 € par an. Dans ce cas, vous pourrez déduire le montant des travaux de vos loyers au moment de la déclaration. En cas de déficit, vos revenus globaux vont baisser et cela diminuera vos impôts.

L’investissement locatif en meublé

Dans ce cas, vous signez un bail d’un an renouvelable par tacite reconduction. Il y a aussi un dépôt de garantie d’un mois à déposer. Il faut que le logement soit immédiatement habitable, c’est-à-dire qu’il y ait des équipements suffisants. C’est pour cela qu’on parle de location en meublé.

Concernant l’imposition, les loyers rentrent dans la catégorie des Bénéfices industriels et commerciaux (Bic). Vous aurez deux options : le régime réel ou le régime forfaitaire. Dans le premier cas, les charges et les amortissements sont déduits de vos recettes locatives lors de la déclaration d’impôts. Ainsi, les recettes locatives diminuent, ce qui fait baisser vos impôts. Dans le régime forfaitaire, vous ne serez imposé que sur la moitié de vos recettes locatives.

Pour conclure, rappelons qu’il existe, en location classique comme en meublé, plusieurs dispositifs pour faire baisser vos impôts : déficit foncier, loi Pinel, statut de loueur en meublé non professionnel (LMNP)…

Laissez un commentaire