2 minute read

Télétravail et immobilier : ce qui changera après le confinement

Lorsque le confinement sera terminé, nous garderons certaines habitudes, notamment celle du télétravail. Sans parler d’en faire une norme, cela sera plus répandu qu’avant. Et pour travailler chez soi efficacement, disposer d’un bureau est nécessaire. La présence d’un bureau dans un logement ne va-t-elle pas devenir une norme ?

Qui dit télétravail dit bureau

Dès les années 2000, la présence d’un bureau dans les habitations devenait une question importante liée à la généralisation des ordinateurs dans les foyers des français. Mais 10 ans plus tard, les PC portables, tablettes et autres smartphones reléguaient à nouveau le bureau dans le domaine du superflu. La hausse des prix de l’immobilier conduisait d’ailleurs beaucoup de gens à se passer de cette pièce supplémentaire.

Mais tout change avec le confinement. Les français travaillent depuis chez eux et doivent composer avec les enfants, le conjoint… Tous ceux qui l’expérimentent se le disent : un bureau serait un confort et même une nécessité pour produire un travail de qualité.

Demain le télétravail pourrait devenir la norme

A la fin du confinement, certaines habitudes prises vont rester, notamment, peut-on penser, celle du télétravail. Sans parler d’un télétravail à temps complet, il est fort probable qu’une majorité de français le conserve un ou deux jours par semaine. La présence d’un bureau devient alors nécessaire.

L’impact sur l’immobilier pourrait bien être massif : les candidats à l’achat de leur résidence principale ne manqueront de faire de la présence d’un bureau un critère de choix. Concrètement cela signifie qu’ils chercheront une chambre en plus par rapport à leurs exigences avant confinement. Cette chambre pourra être petite mais sa présence sera bien devenue cruciale.

Du côté des investisseurs immobiliers

Les investissements immobiliers devront répondre à la même logique car les locataires modifieront aussi leurs recherches en conséquence. Pour être compétitifs sur le marché de la location, les investisseurs devront s’adapter, soit en changeant leur cible, soit en faisant des travaux… Soulignons pour finir que l’immobilier neuf est le secteur le plus propice pour opérer ce changement : les promoteurs pourront capter cette tendance et adapter leurs biens.

Laissez un commentaire