Investir dans l’immobilier : performance et sécurité

Rappelons avant tout : investir dans l’immobilier est le seul moyen qui permet de se constituer un capital par le biais d’un emprunt. C’est le choix de la performance et de la sécurité.

investir dans l'immobilierEmprunter pour se constituer un capital sereinement

C’est le point fort de l’investissement immobilier. Il s’agit de se créer un capital par le biais d’un crédit. Cela permet à l’investisseur de n’engager que peu de fonds propres. C’est la capacité d’endettement qui est mobilisée.

Un bouclier efficace face à l’inflation

L’immobilier permet de lutter, au moins en partie, contre l’effet pervers de l’inflation.

Prenons l’exemple d’un placement de 100 à l’année N qui rapporte 3% (3 euros). Dans ce cas, à rendement constant, le capital en N+5 est de 116 euros.

  • Première hypothèse :

Si l’inflation est de 2% par an, bien que le capital soit de 116 euros en N+5, l’inflation diminue le pouvoir d’achat réel de l’investisseur à 105 euros.

  • Deuxième hypothèse :

Si l’inflation est de 4% par an, le capital est toujours de 116 euros en N+5 mais l’inflation diminue le pouvoir d’achat réel à 95 euros.
Dans cet exemple, le placement ne parvient pas à combler le manque à gagner dû à l’inflation.

Poignée de mains d'une acquisition d'un bien neufMais l’immobilier permet de lutter contre ce phénomène de perte de pouvoir d’achat de la monnaie puisque la révision des loyers correspond à l’évolution des prix à la consommation, d’entretien et d’optimisation des logements ainsi qu’au coût de construction. C’est l’effet bouclier.

Mais l’immobilier n’est pas seulement un bouclier contre l’inflation, ce secteur bénéficie d’un contexte économique avantageux.

Depuis 15 ans, la rentabilité d’investir dans l’immobilier est supérieure à celle des autres types d’investissement si on se base sur la plus-value et la capitalisation des revenus.

Découvrez votre capacité d’emprunt pour investir dans l’immobilier neuf !

Loi de finances 2018 : quels effets pour les particuliers ?

 

Prolongation du PINEL et du PTZ, bail mobilité, IFI… Le projet de loi de finances 2018 et la loi logement rebattent encore les cartes de l’activité immobilière. Décryptage…

>> DISPOSITIF PINEL

La loi Pinel en faveur de l’investissement locatif est prolongée de 4 ans supplémentaires, soit jusqu’au 31 décembre 2021. Seule variante, son recentrage. Les logements situés dans des secteurs en pénurie d’offre locative restent éligibles au dispositif, soit les zones A, A bis et B1.

Concernant les zones B2 et C, elles devraient être progressivement exclues du dispositif. Exception faite, dans un premier temps, des logements acquis par les contribuables et actés au plus tard le 31 décembre 2018 (dont la demande de permis de construire a été déposée avant le 31 décembre 2017).

Continuer

Le PTZ version 2016 : des changements importants

Pour développer l’accession à la propriété, le Ministère du Logement a modifié en profondeur le Prêt à Taux Zéro de façon à le rendre bien plus performant. Ce dernier est plus simple et les conditions d’attributions plus avantageuses. D’abord, soulignons que chaque personne désirant acquérir sa première résidence principale dans le neuf ou dans l’ancien à rénover peut prétendre au PTZ 2016. Il lui suffira d’occuper le logement au moins 8 mois par ans pendant un minimum de 6 ans.

Continuer

Prolongation du dispositif Pinel

Excellente nouvelle pour l’investissement immobilier dans le neuf : le dispositif Pinel est prolongé jusqu’à fin 2017. François Hollande l’a annoncé vendredi 8 avril lors de sa visite de chantier d’un programme immobilier à Romainville en Seine Saint-Denis. Cela va dans le sens de la nette amélioration du secteur de la construction immobilière. En effet, ce dispositif a véritablement « boosté » l’investissement locatif. Mais il devait prendre fin en janvier 2017. Ce ne sera pas le cas et les investisseurs peuvent se réjouir. En effet, cette mesure est extrêmement incitative et dope le marché de l’immobilier neuf.

Continuer